Journal de bord – Mercredi 10 juin – Point le plus au nord à explorer atteint, cap vers le sud

Journal de bord du mercredi 10 juin 2015

Aujourd’hui nous avons atteint le point le plus au nord de la zone que nous devions explorer dans le gyre de l’Atlantique nord. Nous avons passé la journée à faire des prélèvements dans un lac de tranquillité, sous la protection de l’anticyclone des Açores! Enfin ! Nous venons de faire demi-tour ce soir, cap vers le sud. Il nous reste encore une semaine de mer avant de rejoindre la Martinique.

Ce matin Patrick et Alexandra ont participé grâce à internet à une conférence grand public sur la problématique des déchets en mer, donnée à la Maison des Océans à Paris. Patrick a présenté l’ Expédition 7ème Continent et Alexandra, en tant que coordinatrice scientifique a présenté le volet scientifique. François Calgani, spécialiste de la pollution du plastique en mer à l’Ifremer était également intervenant.

Nous avons à bord un duo de choc spécialisé dans la chasse aux macro-déchets : Laurent, le second du bateau, est le meilleur dans le repérage et la récupération des déchets observés en surface depuis le bateau en navigation. C’est à chaque fois un spectacle de le voir se précipiter avec l’épuisette pour ramener un bidon ou un morceau de polystyrène. Alexandra, elle, se charge de les découper soigneusement en petits morceaux pour les mettre dans des piluliers. Ils seront ensuite analysés pour identifier et quantifier les polluants qu’ils contiennent et la vie qui s’y développe.

Nous avons également pu observer 6 cachalots ce matin, sur la mer semblable à un miroir.

Vinci et Laurent ont pu filmer le bateau avec le drone, le temps étant idéal !

Nous sommes toujours suivis de près par maintenant une quarantaine de puffins majeur (Puffinus gravis), très curieux, qui suivent de près les filets à plancton, et qui viennent jusqu’à essayer d’attraper les palmes du docteur qui se met à l’eau. Ces oiseaux sont non nicheurs dans la zone des Antilles mais dans les îles de l’Atlantique sud. Il n’est pas rare pour des oiseaux de mer de parcourir des milliers de kilomètres pour se nourrir. Ils vivent en haute-mer et ne reviennent vers la terre que pour se reproduire.

A demain !