Une journée type à bord du voilier Expédition 7ème Continent

La vie en mer est rythmée par les petites activités du quotidien, qui prennent une place importante dans la journée. Les manips, les observations et les différents rendez-vous Skype ou téléphoniques, la bonne marche du bateau viennent se rajouter au rythme tranquille d’une journée en mer (pas toujours tranquille quand la météo forcit, mais ces derniers jours, Eole se tient à distance de nous).

Tout le monde est levé très tôt sur le bateau, nous sommes calés sur la durée de jour et le soleil nous lève donc le matin. Ceux qui ont été de quart tard dans la nuit en profitent pour se reposer un peu.

Le petit déjeuner est en général étalé en fonction des réveils, dès 5h30 du matin. Chacun vaque ensuite à ses occupations : bonne marche du bateau, vaisselle, prise de la météo, observations en mer de 6h à 8h pour les biologistes, discussions sur la route à suivre, contemplation de la mer … Ces activités sont bien sûr cumulables !
Nos premières manips de filet Manta et de mise à l’eau de la bouée Gyroplastique sont calées sur 10h, mais nous commençons les préparatifs dès 9h30. Elles occupent en général tout l’équipage, pendant 1h, avant ensuite de prêter main forte aux scientifiques pour le traitement des échantillons jusqu’en fin de matinée.

A 10h30, nous nous connectons sur Skype pour le rendez-vous avec les écoles participant au projet pédagogique Seine-Normandie. Patrick et Marie s’en occupent, et font régulièrement participer les membres de la mission.
Pendant ce temps, un ou deux motivés réfléchissent à la question suivante : comment nourrir 7 personnes ce midi ? Et ce soir ? Les repas sont une des activités quotidiennes importantes car ils permettent de se retrouver pour un moment convivial et tranquille tous ensemble. Réfléchir à la préparation des repas, tergiverser sur le menu à proposer occupe pas mal … !

Après le repas, chacun file discrètement tel un cafard dans sa cabine, pour se reposer un peu, le dernier sur le pont étant celui qui va devoir veiller ! Car on ne laisse jamais le bateau sans surveillance ! Cette activité est importante, car la fatigue se fait de plus en plus lourde et nous avons besoin de recharger les batteries (humaines !).

L’après-midi, de 16h à 18h, Claire et Marie s’installent sur le roof afin de continuer les observations et de noter ce qu’elles voient (cétacés, déchets, oiseaux).

Depuis que nous sommes dans le gyre, nous réitérons les prélèvements, manip chimie (capteurs de polluants), observations météo pour Mercator…) plusieurs fois dans la journée.

Le soir, Patrick, Romain et Laurent font un point sur la route, les différentes options possibles pour optimiser notre passage dans le gyre et maintenant pour faire route efficacement vers la Martinique.
En mer il y a aussi les imprévus : réparation de matériel, météo capricieuse. Nous avons eu notre compte en début d’expédition mais il y a toujours quelque chose à faire.

Dès 21h, après le souper, nous passons en mode de quart par période de 2h jusque 7h le lendemain matin. Une personne reste sur le pont, surveille que tout va bien à bord, scrute l’horizon afin de repérer un improbable navire qui croiserait notre route, règle les voiles, surveille la météo, change de moteur… Le quart de 01h/03h est particulièrement pénible !

Vinci : Vinci est hors planning ! Il passe ses journées perché dans des endroits acrobatiques avec toutes sortes de caméras, appareils photos pour saisir des instants éphémères marins, plonger dans l’ambiance de la vie à bord, filmer les manips et autres activités liées à la mission. Son humanité et son professionnalisme font qu’on ne se sent pas gêné pas la présence de la caméra et qu’on se confie volontiers à lui. Nous adorons l’observer dans l’exercice de son art.